Qui suis-je ?

Répondre à cette question angoisse beaucoup de personnes. Dans un groupe, le fameux moment du « présentez-vous » fait naître un petit vent de panique dans l’assemblée : « Mais que vais-je dire ? »
Alors, chacun répond en fonction de la thématique qui l’amène à se trouver en ces lieux. Prénom, âge, profession, ce que je viens faire ici…

Et puisque la thématique de ce blog s’y prête, je vais essayer de me présenter en plongeant dans mon vrai Soi.

Sentio ergo sum, « Je ressens donc je suis » pourrait être ma formule à moi. Ma certitude, la racine première qui me permet de pousser.

Et tandis que j’écris cela, je tombe en admiration devant un petit rouge-gorge qui vient de se poser sur la rambarde. Chouette, le froid arrive, j’espère qu’ils vont venir se poser dans un des nichoirs du balcon et que je pourrai les observer tranquillement.

Alors, je me dis que le premier sentiment qui m’anime en général est la joie. Devant la montagne qui se pare doucement des couleurs ambrées de l’automne, je me sens en paix et en harmonie avec ce que la nature a à offrir.

Et pourtant ce ne fut pas toujours le cas.

Car sous mes racines, il y a la grave maltraitance. Celle qui me fit craindre et haïr les rayons du soleil pendant de longues années. Je détestais ce Soleil qui me criait à la figure « On s’en fout que t’aille mal, nous on va bien ! »

Ce fut un acharnement à me soigner et à me récupérer qui me sauva. Parce que justement, il y avait les sombres nuages, qui eux me disaient : « Nous on te comprends », alors j’ai continué de chercher la réponse à cette énigme.

Et je suis tellement soulagée d’avoir guéri.

Pourtant, la vie n’est pas facile et souvent, je hurle, je pleure, je crie. Car c’est ça aussi la liberté d’exister.

Quoi qu’il en soit, je vous répondrai calmement si vous me contactez ici.